SIETOM Accueil / Traitement des déchets / L'usine de traitement des ordures ménagères


ven 24 novembre 2017
Initialisation
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles
Favoris et partage

L'usine de traitement des ordures ménagères

L'usine de traitement des ordures ménagères

Le SIETOM de Chalosse gère en interne le traitement des ordures ménagères collectées sur son site des Partenses à Caupenne
Une première unité de broyage/compostage avait était construite en 1990 à l'ouverture du site, mais cette usine était devenue obsolète.
Une nouvelle installation avec un traitement par tri/compostage à donc été bâtie. Elle a été mise en service en décembre 2011.

L'usine de traitement des déchets du SIETOM fonctionne tous les jours de l'année du lundi au vendredi sauf le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier.

Mode de fonctionnement

Il s'agit d'une unité de compostage des ordures ménagères résiduelles par tri-mécano biologique. Le process comprend les étapes suivantes :

  1. réception / stockage des déchets entrants : les déchets sont réceptionnés en fosse sous un bâtiment fermé mis en dépression. Un pré-tri des déchets est réalisé avant une alimentation directe du bioréacteur par le pontier.
  2. préparation des déchets au traitement biologique : elle consiste en une préparation dans un tube de fermentation avec un temps de séjour moyen de 3 jours. Les déchets vont y subir un pré-conditionnement : ils vont lentement être mélangés et les actions mécaniques et biologiques combinées dans le tube vont provoquer la réduction granulométrique de la fraction organique.
  3. tri : le déchet dégradé en sortie de tube de fermentation subit une étape de tri composée d'un crible rotatif avec une maille de 30 mm et d'un déferraillage par overband sur passant et refus de crible.
  4. fermentation active : le traitement biologique aérobie consiste à utiliser le processus naturel de transformation de la matière organique pour fournir un produit fini voisin des humus naturels.
  5. affinage : la succession du crible à effet trampoline et d'un balistiqueur permet d'éliminer les inertes et les éléments fins dans le produit entrant en maturation tout en maximisant les quantités de compost produites.
  6. maturation : la maturation proposée est une étape complémentaire au processus de fermentation active. Elle permet de parfaire l'hygiénisation de la biomasse, d'augmenter le taux de matière sèche des produits et de finaliser la désodorisation.
  7. stockage : cette étape permet de stocker l'équivalent de 6 mois de production de compost d'ordures ménagères résiduelles avant valorisation.
Schéma usine

Schéma usine

Tonnages traités en 2015

Bilan matière

Tonnages traités en 2015

(en tonnes)

%

/total

Tonnages traités

en 2014

(en tonnes)

Evolution

2014/2015

(en %)

Déferraillage par overband (Acier) 134 0,81 197 -32%
Compost produit 6 848 41,38 8 123 -15,7%
Refus de compostage 9 568 57,81 8 128 +17,7%
TOTAL 16 550 100 16 448 +0,6%

La production de compost NFU 44-051

Le compost produit correspond aux attentes du marché, les lots étant presque tous conformes à la norme NFU 44-051, ce qui permet de se soustraire d'un plan d'épandage, sauf pour les lots non conformes. 6 lots ont été évacués par quelques agriculteurs en 2015. Les élus du SIETOM ont choisi de répartir la production de compost selon 3 débouchés sur le principe de la gratuité, avec transport et épandage à la charge des utilisateurs, selon des prescriptions d'utilisation du produit : un tiers destiné aux agriculteurs, un tiers aux communes et le dernier tiers aux professionnels des espaces verts.

En 2015, pour l'évacuation du compost produit en 2014, 7 agriculteurs adhèrent à cette démarche. Les paramètres d’épandage sont les suivants :

  • un retour sur parcelle préconisé tous les 2 à 3 ans,
  • une dose moyenne épandue de 18 tonnes par hectare.

La Chambre d’Agriculture a pour responsabilité de suivre les épandages en collaboration avec le SIETOM et d’effectuer le suivi agronomique. Chaque agriculteur s’assure de la praticabilité des parcelles et des surfaces réelles à épandre en respectant les distances de sécurité notamment vis-à-vis des cours d’eau et des habitations tierces. Pour chaque lot le SIETOM leur remet les analyses du lot concerné et les préconisations d'utilisation données par la chambre d'agriculture.

Les engagements de chacun figurent dans une convention. Ces derniers conditionnent la crédibilité de la filière et la volonté du SIETOM de Chalosse de satisfaire aux obligations réglementaires et aux attentes de l’ensemble des adhérents.

Retrouvez plus d'infos sur le site de la Fédération Nationale des Collectivités de Compostage

  • Noté actuellement 5 étoile(s) sur 5.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note: 5/5 (1 votes exprimés)

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !